Home > Tests > Test du Nas Synology DS-107

Test du Nas Synology DS-107


Qui ne rêve pas de pouvoir accéder à tous ses fichiers depuis n’importe où, de les partager via un réseau local ou par Internet, d’effectuer ses sauvegardes automatiquement, d’héberger soit-même un site web… C’est possible avec un pc relié à Internet et allumé 24h/24h. Un pc qui peut planter, qui consomme de l’électricité et fait du bruit…

C’est là que le NAS intervient. Un NAS ressemble à un disque dur externe mais techniquement c’est plutôt un pc complet qu’un simple disque. Par leur prix, les NAS sont plutôt réservés aux entreprises ou à quelques geeks fortunés. Cependant, comme pour tout le matériel informatique, les prix baissent et les NAS deviennent de plus en plus accessibles.

Pour preuve, je teste aujourd’hui un NAS à moins de 230€ (Merci à LDLC qui me l’a prêté pour le tester!). Bien sûr pour ce prix là il est livré sans disque dur et à 90€ le 500Go SATA on arrive à un total de plus de 300€, prix des premiers pc bas de gamme… Ce NAS à donc plutôt intérêt à être efficace pour justifier son prix (même si c’est l’un des NAS les moins chers…); c’est que nous allons voir dans ce test : Dans un premier temps, je vais présenter la marque et les modèles disponibles puis nous nous intéresserons plus précisément au modèle DS-107 : caractéristiques, photos, montage, installation et utilisation des logiciels fournis et enfin test des fonctionnalités du produit.

I. Synology : présentation.

Synology est une société fondée en 2000 spécialisée dans les NAS à destination des particuliers et PME. Malgré cette spécialisation, leur catalogue est assez large : il comporte une dizaine de NAS : deux d’entre eux peuvent contenir jusqu’à 4 disques durs, deux autres peuvent en supporter deux, et les autres, en particulier le DS-107 qui nous intéresse, peuvent contenir un disque SATA. Les NAS pouvant stocker plusieurs disques durs gèrent la technologie RAID permettant une duplication automatique des données et donc une plus grande sécurité… En dehors du nombre de disques supportés, les modèles se différencient entre eux par leur performances : vitesse du processeur, quantité de ram embarquée… Aucun doute, c’est bien plus qu’un simple disque externe ! Pour preuve, voici les caractéristiques du DS-107 :

II. Caractéristiques du DS-107.

– Matériel :
Disque dur interne : gère un disque 3.5″ SATAII jusqu’à 1 To (possibilité d’acheter le DS-107 avec ou sans disque installé);
Disque externe : connexion possible en USB2.0 ou eSATA;
Taille : 160 x 218 x 63mm;
Poids : 810 grammes;
Ports ethernet : 1 port Gigabit;
Nombre de ports USB host : 3, en USB2.0;
Nombre de ports eSATA host : 1;
Nombre de ventilateurs : 1 (40mm);
Processeur : Freescale MPC8 241/266;
Ram : 4x16Mo soit 64Mo (32Mo pour le DS 107-e, c’est leur seule différence);
– Réseau :
CIFS*, Apple Talk et FTP;
– Sécurité :
FTP par SSL et TLS;
Connection HTTPS;
– Sauvegarde :
Sauvegarde par réseau avec synchronisation;
Backup local;
Fonction de copie par USB;
– Divers :
Spécification de quotas par utilisateurs et limitation de bande passante;
Mise à jour du firmware;
Configuration par interface web;
Support d’onduleurs** (configuration par ports USB);
Redirection des téléchargements;
Notification des événements par e-mail;
Partage d’imprimantes par USB;
Possibilité de créer jusqu’à 128 comptes utilisateurs, 64 groupes, 100 répertoires partagés;
Accepte jusqu’à 32 connexions simultanées.

(*CIFS est un protocole de partage de fichiers, un SMB amélioré, pour les réseaux TCP/IP et est proposé sur les Systèmes d’exploitation Microsoft en standard.)
(**Un onduleur est un appareil disposant d’une batterie et permettant grâce à celle-ci de conserver sous tension les appareils qui y sont branchés dans le cas d’une coupure d’électricité.)

Le NAS est livré avec un cd contenant quelques logiciels que nous étudierons plus tard. En parlant de bundle, voilà les photos du déballage :

III. Déballage.

La boîte du NAS, facilement transportable.

La boîte du NAS, facilement transportable.

Les câbles et vis fournis pour brancher le disque dur dans le NAS, relier celui-ci en ethernet et enfin le câble d'alimentation.

Les câbles et vis fournis pour brancher le disque dur dans le NAS, relier celui-ci en ethernet et enfin le câble d'alimentation.

Le DS-107, de devant, derrière et dessous...

Le DS-107, de devant, derrière et dessous...

Deux boutons sont présents sur la façade du NAS : un bouton power et un bouton « copy ». Cinq diodes donnent des indications sur le fonctionnement du DS-107 : celle du bas est placée à côté du bouton power est éclairée lorsque le NAS est sous tension. La deuxième, à côté du bouton « copy » est allumée lorsqu’une copie sur disque externe est en cours (je reviendrai sur cette fonction plus tard). Les quatre autres diodes indiquent la présence d’un disque eSata, d’un disque interne, du branchement par ethernet et du statut du NAS, c’est-à-dire si sa configuration est correcte.
A l’arrière du NAS, on peut voir un ventilateur qui, d’après les données constructeur, est thermo-régulé, c’est-à-dire qu’il tourne plus ou moins vite selon la température relevée par une sonde. On remarque aussi deux ports USB 2.0 et un port ethernet ainsi que le connecteur pour l’alimentation. A noter aussi qu’une petite pince dans laquelle on place le câble d’alimentation permet d’éviter que celui-ci se débranche si l’on tire sur le câble… Enfin, un bouton reset (à actionner avec un objet pointu du style trombone) est présent à l’arrière du DS-107.
Sous ce NAS, peut observer une grille d’aération pour laisser entrer l’air que le ventilateur extrait du boîtier. La ventilation à donc l’air correcte; encore une fois, on verra ça plus tard lors de l’utilisation du produit. Le boîtier est bien fini, les plastiques semblent de bonne qualité…

IV. Installation : matériel.

Du côté du matériel, l’installation est simple : il suffit de dévisser deux vis et de faire glisser les deux côtés du boîtier pour l’ouvrir. Ensuite, on y installe le disque dur, branche les deux câbles (SATA et alimentation) et visse le disque puis on referme le boîtier ! A noter qu’il est possible d’acheter tous les modèles de Synology avec des disques durs préinstallés; dans ces cas là, il suffira simplement d’allumer le NAS puis le brancher en ethernet au routeur ou pc.

L'installation d'un disque dans le NAS n'est pas plus compliquée que pour n'importe quel boîtier externe...

L'installation d'un disque dans le NAS n'est pas plus compliquée que pour n'importe quel boîtier externe...

V. Installation des logiciels et première utilisation.

Après l’installation matérielle vient l’installation logicielle. C’est encore plus simple que le montage du disque puisqu’il suffit d’insérer le CD puis de se laisser guider par l’assistant afin d’installer les 3 logiciels fournis : Synology assistant, download redirector et synology data replicator. Le premier permet de configurer le NAS : l’adresse IP pour accéder au NAS depuis Internet, les dossiers que l’on veut partager, etc.

Synology assistant s'occupe de tout : il formate le disque, installe le firmware (mini système d'exploitation embarqué basé sur Linux) d'origine (présent sur le CD), puis s'autoconfigure en fonction de l'installation.

Synology assistant s'occupe de tout : il formate le disque, installe le firmware (mini système d'exploitation embarqué basé sur Linux) d'origine (présent sur le CD), puis s'autoconfigure en fonction de l'installation.

Une fois l'installation du NAS terminée, celui-ci redémarre et est accessible via le réseau (la première configuration s'effectue donc lorsque le NAS est directement branché au pc et n'est pas possible via un routeur [ou alors je n'ai pas réussi!]).

Une fois l'installation du NAS terminée, celui-ci redémarre et est accessible via le réseau (la première configuration s'effectue donc lorsque le NAS est directement branché au pc et n'est pas possible via un routeur (ou alors je n'ai pas réussi!)).


Synology Assistant permet aussi de « mapper » un dossier (préalablement créé sur le NAS) sur le réseau afin d’y accéder directement depuis le poste de travail. Nous verrons l’utilisation des deux autres logiciels après la partie consacrée à la configuration du NAS car on ne peut utiliser ces logiciels qu’après avoir configuré le NAS correctement.

VI. La configuration du NAS.

Lorsqu’on lance Synology assistant et que le NAS est branché à un routeur, le logiciel nous fournis l’adresse IP sur le réseau local grâce à laquelle on va pouvoir configurer le DS-107 :

Ici, il va falloir aller sur http://192.168.1.6 pour configurer le NAS (si l'on ne connaît pas l'adresse locale du NAS, http://diskstation:5000/ permet de configurer le NAS en local quelque soit son adresse).

Ici, il va falloir aller sur http://192.168.1.6 pour configurer le NAS (si l'on ne connaît pas l'adresse locale du NAS, http://diskstation:5000/ permet de configurer le NAS en local quelque soit son adresse).

Voici ce qui s’affiche lorsqu’on se rend à cette adresse pour configurer le DS-107 :

Avant toute configuration, il faut s'authentifier avec un nom d'utilisateur et un mot de passe.

Avant toute configuration, il faut s'authentifier avec un nom d'utilisateur et un mot de passe.

Au départ, il n’existe qu’un seul utilisateur qui est l’administrateur et qui possède donc tous les droits. Il va donc falloir créer d’autres utilisateurs pour partager des dossiers avec d’autres personnes sans pour autant leur donner le droit de modifier la configuration du NAS ! Mais tout d’abord, voici les informations que le NAS affiche à propos du matériel :

On retrouve dans ce résumé de nombreuses informations telles que la température du disque dur, la version du firmware installé ou l'espace disque disponible...

On retrouve dans ce résumé de nombreuses informations telles que la température du disque dur, la version du firmware installé ou l’espace disque disponible…

De nombreux journaux et historiques permettent de contrôler qui s'est connecté et quand ainsi que les résultats des sauvegardes et copies de fichiers.

De nombreux journaux et historiques permettent de contrôler qui s’est connecté et quand ainsi que les résultats des sauvegardes et copies de fichiers.

La partie Système permet de configurer les adresses IP (DHCP ou manuel) ainsi que les notifications par mail lors de certains événements ainsi que la mise en veille du disque quand il n'est pas utilisé.

La partie Système permet de configurer les adresses IP (DHCP ou manuel) ainsi que les notifications par mail lors de certains événements ainsi que la mise en veille du disque quand il n’est pas utilisé.

C’est aussi dans la partie Système qu’on peut mettre à jour le NAS : voici la liste des mises à jour publiées pour le DS-107 ainsi que les nombreuses améliorations qu’elles apportent.

Dans la partie Stockage on peut, entre autres, créer des dossiers pour les partager. La configuration des partages se fait dans la partie suivante : Privilèges.

Dans la partie Stockage on peut, entre autres, créer des dossiers pour les partager. La configuration des partages se fait dans la partie suivante : Privilèges.

Dans la partie Stockage on peut, entre autres, créer des dossiers pour les partager. La configuration des partages se fait dans la partie suivante : Privilèges.

Ici, on peut créer des utilisateurs, des groupes d’utilisateurs et distribuer des droits (lecture, écriture…) pour chacun. On peut assigner un mot de passe, un quota et d’autres options à chaque utilisateur ou groupe. Bien sûr, ces modifications ne peuvent être faites que par l’administrateur.

Les services réseaux regroupent plusieurs onglets. Le premier permet de changer les nom de domaine et de groupe de travail afin d’accéder au disque via le réseau local sous windows. On peut aussi activer le réseau Apple Talk afin de faciliter l’accès du disque depuis un Mac. Dans les deux onglets suivants, on peut activer et paramétrer un service FTP et un service Web. Ainsi, en redirigeant les ports sur son routeur et en souscrivant gratuitement à un service DNS, on peut héberger son propre site web et/ou serveur FTP grâce à ce NAS !

La partie consacrée aux périphériques externes se divise en 5 onglets : les trois premiers affichent les informations concernant les disques durs eSata, USB et les imprimantes connectés au Synology. Le quatrième permet de configurer la fonction USB copy utilisable grâce au bouton du même nom situé sur la façade avant du NAS. L’onglet UPS permet de gérer un onduleur.


La partie services de téléchargement permet de voir l’avancement des téléchargements et de les configurer de manière assez précise :

Cette page de configuration du NAS est assez complète et accessible depuis Internet pour peu que le modem/routeur auquel il est branché soit correctement configuré (redirection des ports, IP fixe si possible ou service DNS activé). Une fois configuré, on peut par exemple copier sur le disque un fichier index.html afin d’afficher, lorsqu’un internaute se connecte à l’adresse IP du routeur, des liens vers la page de configuration du NAS, vers les FTP précédemment créés, etc. On peut donc héberger un site complet (y compris PHP et MySql) sur le Synology. Tout cela ne nécessite pas de logiciel spécifique, simplement un navigateur web. Mais Synology nous fourni tout de même deux logiciels intéressants qui permettent d’ajouter des fonctions supplémentaires à ce NAS.

VII. Fonctionalités supplémentaires & logiciels fournis : de quoi se démarquer des autres NAS ?

Download Redirector.

Mis à part Synology Assistant, le cd contient deux logiciels : Download Redirector et Data Replicator. Le premier permet comme sont nom l’indique de rediriger les téléchargements : on peut ainsi, au lieu de télécharger un fichier sur l’ordinateur directement, copier le lien de téléchargement (ftp par exemple) dans ce logiciel et le NAS téléchargera ce fichier à un emplacement prédéfini (sur le disque interne du NAS ou sur un disque externe branché en USB ou eSATA) à des horaires prédéfinis. [On peut aussi glisser un lien de téléchargement vers une petite icône située dans un coin de l’écran pour ne pas avoir à copier coller le lien dans le logiciel.]
Ce logiciel peut paraître inutile pour certains mais dans mon cas, lorsque j’ai fait le test de ce NAS, je ne disposais que d’une connexion Internet 512kbits/s et mon seul PC disponible était un portable. Pas évident dans ce cas là de télécharger de gros fichiers sur Internet (maintenant, la moindre démo de jeu fait plus d’1Go!) : si je téléchargeais pendant que je me servais de l’ordinateur, je ne pouvais plus surfer (une connexion 512Kbits/s c’est tout de suite inutilisable lors d’un gros téléchargement) puis je n’avais pas non plus envie de laisser le pc portable allumé toute la nuit pour un téléchargement (c’est pas vraiment fait pour ça un portable…). Dans de tels cas, un logiciel tel que Download redirector est très utile ! [sans lui, je n’aurais pas pu télécharger les démos de Crysis, Call Of Duty 4 et Unreal 3 qui sont toutes sorties lorsque je testais ce NAS !] Encore un point positif pour Download Redirector : il gère les protocoles FTP, HTTP mais aussi BitTorrent !

Data Replicator.

Le logiciel Data replicator permet de planifier et de mettre en place des sauvegardes automatiques des documents sur le NAS.

Après la saisie du nom d’utilisateur et du mot de passe, on sélectionne les dossiers (sur l’ordinateur et sur le NAS) dans lesquels les sauvegardes vont être effectuées…

Et on planifie les sauvegardes :

Comme on peut le voir, on peut planifier de manière assez précise les sauvegardes. De plus, comme tout logiciel de sauvegarde/synchronisation qui se respecte, Data Replicator II peut gérer plusieurs versions de chaque fichier (« versioning »). La restauration est très simple puisqu’il suffit de sélectionner les fichiers qu’on veut restaurer… Personnellement, je n’ai pas l’utilité de ce logiciel étant donné que je dispose d’un autre logiciel de synchronisation : Syncback (j’ai testé ici la version payante mais une version gratuite existe). Le NAS étant vu comme un dossier partagé sur le réseau (en local) ou bien comme un serveur FTP (depuis Internet), on peut le synchroniser sans problème avec tout logiciel de sauvegarde.

Photostation 2.

Photostation est un service web intégré au synology auquel on accède depuis le réseau local en tapant http://diskstation/photo. On peut alors se connecter en administrateur pour configurer le service :

Écran de connexion.

Écran de connexion.


On peut ensuite créer un utilisateur en lui donnant un login et un mot de passe. On peut lui attribuer certains droits (lecture, écriture) sur certains albums.

En marquant un utilisateur comme administrateur, on l’autorise à la lecture/écriture de tous les albums : il peut donc en créer, les modifier ou les supprimer.

Voici l’écran qui s’affiche lorsqu’un utilisateur anonyme se connecte : si des albums publics ont été créés, n’importe quel utilisateur peut les voir.
Seul l’administrateur peut choisir quels albums sont publiques et qui peut visionner quoi.

La création d’albums se fait simplement en copiant un dossier de photos ou videos dans le répertoire « photo » du disque. L’album se créée alors automatiquement dans Photostation. Il faut cependant attendre parfois jusqu’à 2 jours (si on crée un album avec de nombreuses et longues vidéos par exemple) pour que les miniatures et les aperçus soient accessibles dans l’album. Ce temps est nécessaire pour que le NAS convertisse les vidéos et créé les miniatures des photos afin de les afficher dans Photostation. En parlant d’affichage, voici ce que donne un album de quelques photos :

Aperçu d’un album de quelques photos
Voici les détails d’une photo lorsque l’on clique dessus. Certaines informations comme la date ou la taille du fichier ne sont pas toujours correctes… Comme on peut le voir, l’administrateur peut ajouter des descriptions pour chaque photo ou vidéos et les utilisateurs peuvent entrer un commentaire.

Sur le même principe, un album de vidéos.

Et une vidéo en cours de lecture. Un mode plein écran et d’autre modes du genre « 2x la taille originale », etc. sont aussi disponibles et le résultat est assez convaincant. La qualité des vidéos est correcte et le chargement rapide.
L’administrateur à accès à un journal présentant toutes les actions effectuées récemment.

Pour conclure cette partie sur Photostation, je dois avouer que j’ai été très agréablement surpris par ce service. Les seuls points négatifs que j’ai à signaler sont le temps de création des aperçus des photos et vidéos, ou encore le fait qu’on ne peut pas changer l’aspect du site sans « bidouiller » : quelques skins auraient été bienvenus, tout comme des options permettant de choisir quelles informations on veut afficher sur les photos (par exemple, ne pas afficher la taille et la date pour certains albums photos, etc.).

Branchement de périphériques au NAS.

Les ports USB présents sur l’appareil permettent de brancher une imprimante ou un disque externe au NAS afin d’étendre la capacité de stockage. Pour une imprimante, si elle est partagée vous pouvez vous en servir comme si elle était branchée directement au pc (sous Windows en tout cas mais je pense que Linux et Mac gèrent les imprimantes du réseau tout aussi bien). Une remarque importante : le NAS fonctionnant sous un firmware basé sous Linux, il sera dans l’incapacité d’écrire sur un disque NTFS, seuls les disques FAT ou EXT3 fonctionneront en écriture. Par contre, la lecture est possible sur toutes les partitions FAT, NTFS et EXT3. A noter tout de même que le firmware étant basé sur linux, il est possible que les communautés Synolgy et Linux parviennent à développer un firmware alternatif permettant l’écriture en NTFS…

Fonction Copy.

Lorsqu’un périphérique de stockage est branché au ports USB, on peut utiliser la fonction « copy » qui consiste, via une simple pression sur le bouton « C », à copier tout le contenu du périphérique sur le NAS, à l’emplacement que vous aurez spécifié lors de la configuration. C’est pratique en particulier lorsqu’on à une carte mémoire, clé USB ou un appareil photo à vider rapidement et qu’on ne veut pas allumer l’ordinateur juste pour ça. On branche l’appareil photo au NAS, on appuie sur un bouton et la copie s’effectue. Lorsque le voyant correspondant à la copie s’éteint, c’est que la copie est terminée, on peut donc retirer le périphérique sans problème !

La télécommande.

Il existe une télécommande conçue pour ce NAS (et les autres de la série x07) qui permet de piloter le NAS lors de la lecture de fichiers audio (par exemple, lancement de listes de lecture crées depuis le service Audio Station disponible sur l’interface de configuration du NAS). Je n’ai pas pu tester celle-ci puisqu’il faut des enceintes en USB et je n’en avais pas sous la main pendant le test… Voici les photos de cette télécommande très fine :

La télécommande est dans une petite pochette de même taille qu'un CD.
La télécommande est dans une petite pochette de même taille qu’un CD.
Elle est donc très fine et les touches ne sont que légèrement bombées et à peine trop dures...

Elle est donc très fine et les touches ne sont que légèrement bombées et à peine trop dures...

Seules les fonctions principales d'une télécommande audio sont présentes : 10 touches.

Seules les fonctions principales d'une télécommande audio sont présentes : 10 touches.

L'adaptateur USB qui se branche en façade du NAS se loge dans la télécommande.

L'adaptateur USB qui se branche en façade du NAS se loge dans la télécommande.

Upnp, Service iTunes…
On peut activer la fonction uPnP afin de profiter du NAS avec une chaîne Hifi ou un autre appareil compatible. Je n’ai cependant pu tester cette fonction qu’avec un pc portable par Wifi et ça fonctionne parfaitement puisque tous les fichiers sont visibles depuis Media Player. Le service iTunes permet d’ajouter les Mac et autres matériels d’Apple à la liste des périphériques compatibles.

VIII. En pratique…

Excellente Stabilité !
Tout d’abord, ce NAS est très stable : en plusieurs semaines d’utilisation intensive et de tests en tous genres, je n’ai eu à déploré absolument aucun plantage, ce qui est très important pour ce genre de matériel !
Bruit : peu mieux faire…
Ensuite, pour ce qui est des nuisances sonores c’est mitigé : le DS-107 est vraiment silencieux lorsqu’il n’est pas actif (en veille) mais devient tout de même assez bruyant lorsqu’on accède au disque. Je ne parle pas du bruit du disque en lui même mais du ventilateur qui tourne un peu trop vite pour rester silencieux. D’ailleurs les températures du disque et du processeur restent basses en toutes circonstances ce qui est un point positif mais cela prouve bien que le ventilateur pourrait tourner un peu moins vite… Cependant, le NAS ne chauffant pas trop et étant assez bien conçu au niveau de l’évacuation de l’air chaud, il est possible de changer le ventilateur par un autre plus silencieux. Bien sûr, il faut veiller à en prendre un de la même taille, c’est-à-dire 40x15mm.
Accès simultanés : performances.
Autant le dire tout de suite, je n’ai pu tester un grand nombre d’accès simultanés au NAS. Ainsi, je ne peux pas vraiment dire si la différence de prix entre un NAS plus performant et ce DS-107 est justifiée. Toujours est-il que les rares concurrents qui peuvent s’aligner sur son prix (environ 230€ sans disque dur) ne disposent généralement pas d’autant de fonctionnalités.
Débits.
J’ai testé quelques débits du Synology : en ethernet il ne semble pas brider les copies puisque les 6Mo/s relevés correspondent au débit maximal que j’obtiens lorsque je relie mon pc portable Dell à n’importe quel autre périphérique en ethernet.
Les ports USB « host » quant à eux délivrent un débit d’environ 20Mo/s ce qui n’est pas exceptionnel mais ça reste correct pour des ports gérés par un système embarqué.
Je n’ai pu tester le débit eSATA car je ne disposais pas d’autre disque dur SATA pendant le test.

Conclusion.

Difficile de résumer en quelques lignes toutes les fonctionnalités de ce NAS ! Partage de fichiers, redirection des téléchargements, synchronisation, configuration avancée, ports USB/eSATA en façade… Ce NAS permet une utilisation variée et contrairement aux NAS plus « pro » il est assez orienté vers un usage familial, à l’image des fonctions « copy » et de l’application web Photostation 2. Cependant, avec jusqu’à 128 utilisateurs, 64 groupes et 32 connections simultanées, il devrait convenir à nombre de PME… Je dis « devrait » car je n’ai pu tester que 2 ou 3 accès simutanés (oui, je n’ai pas 32 pc chez moi…).
Attention aux utilisateurs débutants, il n’est pas toujours facile de sécuriser parfaitement le FTP et le configuration complète du Synology peut prendre du temps. Pour continuer sur les points négatifs, si le NAS est assez silencieux la plupart du temps, le bruit du ventilateur est trop élevé lorsqu’on a accès au NAS. Ce sont à peu près les seuls points négatifs que j’ai relevé c’est pourquoi je pense que si on a l’utilité d’un NAS et un budget d’environ 300 euros (en comptant le disque dur) ce DS-107 est le produit idéal pour partager en famille et/ou en milieu professionel, toutes ses données.

Liens, remerciements.

Je tiens à remercier vivement LDLC.COM qui m’a prêté pendant plus d’un mois ce NAS, la télécommande et un disque SATA afin que puisse tester le tout !
N’hésitez pas à visiter le forum francophone des NAS Synology afin d’y apprendre encore plus sur le DS-107 et les autres produits de la marque. De plus, LDLC a publié un article de présentation très complet à propos des NAS Synology que je vous invite à voir si vous désirez plus d’infos et de photos.

Guillaume Favez – has written 241 posts on this site.
Geek, par passion et par métier ! Expert terminaux mobiles, blogueur et en manque de sommeil...

If you enjoyed this post, please consider leaving a comment or subscribing to the RSS feed to have future articles delivered to your feed reader.
This article was posted in Tests and tagged . Bookmark the permalink. Follow comments with the RSS feed for this post. Post a Comment or leave a trackback: Trackback URL.

2 Responses to "Test du Nas Synology DS-107"

  1. je cherche à vendre mon DS207+ et retombe sur cet article …

    quel travail ! j’étais deja venu le voir en 2008 pour acheter et choisir mon NAS !

    aujourdh’ui je prends le temps de poster et remercier !

    @ bientôt

    Sebastien

Trackbacks

  1. […] un bon produit (le test sera disponible d’ici peu mais vous pouvez déjà consulter le test du DS107 que j’ai réalisé il y a quelques mois), il n’en est pas moins bruyant. Et pour un appareil destiné à être sous tension 24h/24, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Current day month ye@r *

Home > Tests > Test du Nas Synology DS-107
© 2006-2019 Bysus.fr. Tous droits réservés.